Menu

Werner Herzog Volume 3 (1984 - 2000)

Un coffret édité par Potemkine

Le coffret


Le coffret comprend les film :
- Le Pays où rêvent les fourmis vertes, 1984, 100’
- La Ballade du petit soldat, 1984, 85’
- Gasherbrum, 1985, 45’
- Cobra verde, 1987, 111’
- Wodaabe, les bergers du soleil, 1989, 52’
- Echos d’un sombre empire, 1990, 91’
- Jag Mandir, 1991, 82’
- Leçons de ténèbres, 1992, 50’
- Les Cloches des profondeurs, 1993, 60’
- Petit Dieter doit voler, 1997, 80’
- Ennemis intimes, 1999, 95’
- Les Ailes de l’espoir, 2000, 65’

Livret : Werner Herzog, Troisième Monde, par Emmanuel Burdeau
Photos de tournage

Compléments : Présentations des films par Hervé Aubron et Olivier Bitoun
Trois entretiens avec Werner Herzog (Paris, 2009 - Université de Strasbourg et la Cinémathèque Française, 2014), Reinhold Messner, Pierre-Henri Deleau, Eric Deshayes, les historiens Jean-Pierre Bat et Dominique Juhé-Beaulaton

Le Pays où rêvent les fourmis vertes

Dans le nord de l’Australie, les aborigènes Wororas et Ritajingus vénèrent depuis 10000 ans le lieu sacré où rêvent les fourmis vertes. Lorsqu’une compagnie d’exploitation minière s’installe sur leurs terres, une délégation des deux communautés essaye d’entraver la progression du chantier. Ils arrivent avec la complicité de Lance Hackett, un ingénieur employé par la compagnie, à obtenir de la part de la justice australienne la tenue d’un procès.

La Ballade du petit soldat

En 1979, le Front Sandiniste de Libération Nationale renverse le gouvernement de Somoza. Le parti lance une importante réforme agraire et soutient une politique d’expropriation des grands propriétaires terriens. En 1984, le FSNL remporte les élections nationales, mais le président Reagan ne reconnaît pas ce gouvernement. Les contras - des guérilleros anti-sandinistes - reçoivent alors un soutien militaire des Etats-Unis et c’est dans leurs camps d’entraînement qu’Herzog vient filmer la façon dont des enfants sont transformés en soldats.

Gasherbrum

Les alpinistes Reinhold Messner et Hans Kammerlander, entreprennent l’ascension de deux sommets de l’Himalaya culminant à 8000 mètres, d’une seule traite, sans camp fixe, sans radio ni oxygène. Messner a déjà gravi ces deux sommets, mais les enchaîner ainsi, sans retour au camp de base, serait un exploit inédit.

Cobra verde

Après une longue période de sécheresse qui a épuisé ses récoltes et la mort de sa mère, Francesco Manoel da Silva abandonne ses terres et devient le bandit Cobra Verde. De nombreuses histoires courent bientôt sur son compte et son aura s’étend sur tout le Brésil, dépassant la seule province du Sertão où il erre. Suite à un étonnant concours de circonstances, il accepte de se rendre pour le compte du Portugal sur la côte de Guinée où on lui confie la gestion d’un fort. Francesco devine que c’est un piège qui lui est tendu, mais il accepte malgré tout la mission. Il découvre effectivement à son arrivée que le fortin est complètement déserté et que le roi du Dahomey avec qui il doit faire commerce a promis de tuer tout homme blanc pénétrant dans son royaume. Francesco parvient malgré tout à s’imposer et devient l’un des hommes les plus influents de la région…

Wodaabe, les bergers du soleil

Dans le sud du Sahara vivent les Wodaabe, une tribu nomade qui voue un véritable culte à la beauté. Après quatre années d’une terrible sécheresse, la population Wodaabe a été quasi décimée et les quelques survivants tentent de survivre aux frontières des villes.

Echos d’un sombre empire

A partir de 1945, le journaliste Michael Goldsmith parcourt l’Afrique, du Congo au Yemen, en passant par l’Algérie et l’Afghanistan, couvrant des conflits et des crises dramatiques et observant de près la façon dont les anciens pays coloniaux vivent leur indépendance. En 1977, il devient correspondant spécial en République centrafricaine et couvre le sacre de Jean-Bedel Bokassa qui s’autoproclame empereur. Accusé d’être un espion par le dictateur, il est arrêté et longuement torturé avant d’être relâché. C’est à travers son histoire que Werner Herzog nous invite à plonger dans la folie sanguinaire de l’Ogre de Berengo.

Jag Mandir

André Heller, un artiste et actionniste autrichien, se voit commander par le Maharana d’Udaipur un immense spectacle visant à regrouper l’ensemble des variétés artistiques existant en Inde. Pendant un an et demi, un employé de Heller sillonne le pays, filmant et recensant quelques dix milles artistes. Deux milles d’entre eux sont sélectionnés par Heller et conviés par le Maharana pour participer à une somptueuse fête dédiée à la richesse culturelle de l’Inde.

Leçons de ténèbres

Dans ses Leçons de ténèbres, Couperin reprend le texte des Lamentations du prophète Jérémie qui déplore la destruction de Jérusalem par les Babyloniens. Werner Herzog pleure ici une autre destruction, un crime contre la Terre et l’Humanité : la mise à feu de 732 puits de pétrole par les force irakiennes qui se retirent du Koweït. Des flammes à perte de vue, des incendies qui prendront des mois à être éteints, 20 millions de tonnes de pétrole déversées dans le sol... une vision d’Apocalypse que Herzog met en scène comme un film de science-fiction, comme un long poème sur la fin de la Terre.

Les Cloches des profondeurs

Au nord de la rivière Yenisei, en Sibérie, Werner Herzog rencontre différentes personnes qui lui font part de leur croyances religieuses. Rites orthodoxes, chamanisme, paganisme, sorcellerie, exorcisme, fantômes et cités englouties se côtoient lors de ce voyage dans le mystère de la foi.

Petit Dieter doit voler

Durant la guerre du Vietnam, l’avion du pilote américain Dieter Dengler est abattu au-dessus de la forêt du Laos. Capturé, il est conduit par les Pathet Lao à travers la jungle jusqu’à la frontière du Nord Vietnam où il est remis au FNL. Il est emprisonné avec d’autres soldats américains dans un camp au cœur de la jungle et doit survivre à des conditions de détention terribles, à la torture, aux maladies et à la faim. Les détenus réussissent à échafauder un plan pour s’enfuir et au bout de cinq mois, ils parviennent à échapper à la vigilance de leurs geôliers. Mais le groupe se retrouve séparé et Dengler se retrouve seul, perdu au milieu de la jungle...

Ennemis intimes

Huit ans après la mort de Klaus Kinski, Werner Herzog consacre un film à leur relation. Évocation apaisée d’une folie partagée.

« Il n’y a pas eu de scénario. Je savais seulement que je voulais retourner à tel ou tel endroit, pas seulement sur des lieux de tournage mais aussi sur des lieux qui avaient scellé nos destins. Aguirre est le fleuve de notre destin au sens littéral et direct du terme. Je me suis installé devant la caméra et j’ai commencé à parler, sans avoir rien préparé. » (Entretien avec Frédéric Bonnaud, Les Inrockuptibles, 1999.)

Les Ailes de l’espoir

En 1971, un avion s’écrase en pleine jungle péruvienne. Quatre-vingt douze personnes périssent dans l’accident et seule une jeune fille de 17 ans, Juliane Koepke, survit au crash. Éjectée de l’avion qui est alors à deux miles d’altitude, elle survit miraculeusement. Reprenant connaissance, elle constate qu’elle n’a qu’une fracture à l’épaule et une plaie béante à la jambe - plaie qui fait « comme un canyon » et qui la surprend car elle ne saigne pas. Elle entreprend alors une longue marche à travers la jungle pour trouver des secours. Son périple durera douze jours...

Acheter Louer DVD Fichier VOD à notre comptoir de vente
Voir le site dédié au film

À propos

Le coffret 3 comprend un livret de 100 pages ainsi que les films suivants :
- Le Pays où rêvent les fourmis vertes, 1984, 100’
- La Ballade du petit soldat, 1984, 85’
- Gasherbrum, 1985, 45’
- Cobra verde, 1987, 111’
- Wodaabe, les bergers du soleil, 1989, 52’
- Echos d’un sombre empire, 1990, 91’
- Jag Mandir, 1991, 82’
- Leçons de ténèbres, 1992, 50’
- Les Cloches des profondeurs, 1993, 60’
- Petit Dieter doit voler, 1997, 80’
- Ennemis intimes, 1999, 95’
- Les Ailes de l’espoir, 2000, 65’