Menu

Tchernobyl forever - Carnet de voyage en enfer

"Ses images sont émaillées de récits et témoignages collectés sur place. On sent l’homme respectueux de ceux qui vivaient là, soucieux de ne pas troubler l’apparent calme moléculaire, gardant une distance pour mieux nous faire toucher de loin cette réalité. Les images sont à la fois terriblement belles et magnifiquement effrayantes, et c’est sur cette dualité qu’il compte aussi pour capter le regard et l’attention de ceux qui passent. Pour qu’ils s’arrêtent et l’écoutent parler de ceux pour qui il a décidé de faire ce travail, ceux à qui nous devons redonner un avenir, les dizaines de milliers d’enfants de Tchernobyl." Politis

L’histoire de Tchernobyl Forever - Carnet de voyage en enfer depuis l’explosion du réacteur le 26 avril 1986 jusqu’à nos jours, comme elle n’avait jamais été racontée.

À l’occasion de la commémoration des 30 ans de Tchernobyl et des 5 ans de Fukushima, Tchernobyl Forever - Carnet de voyage en enfer, nous distribuons ce livre à la fois terrifiant, poétique et qui nous oblige à repenser le monde qui nous entoure...

Photographies et textes de Alain-Gilles Bastide
Format : 22/16 cm / 112 pages dans un très beau tirage photo couleurs.

COMMANDER LE LIVRE

Résumé

L’histoire de Tchernobyl Forever - Carnet de voyage en enfer depuis l’explosion du réacteur le 26 avril 1986 jusqu’à nos jours, comme elle n’avait jamais été racontée.
Ici, nous sommes dans les faits, les témoignages, nous sommes dans un quotidien simple, humble, dans l’Humain au sens de l’individu comme de l’Humanité. Tout ce qui est raconté dans ce livre est vrai. Vérités cachées, dis- simulées quand elles ne sont pas interdites, ou vérités que l’on ne veut pas voir.
Aujourd’hui, alors que 30 ans se sont écoulés depuis le désastre, un auteur/photo-journaliste nous raconte Tchernobyl comme nous ne l’avions jamais imaginé. Et ce n’est pas une fiction. C’est Tchernobyl, et c’est bien Forever.

Extraits :

- Feuilleter des extraits du livre en version numérique

(...) Nous venons de pénétrer dans le cœur de la zone de guerre. Une guerre d’un genre jamais vu, où il est impossible de se mettre à l’abri des balles invisibles d’un ennemi invisible. Aucun refuge : ni sur terre, ni sur l’eau, ni dans les airs.

(...) Au matin du 26 avril 1986, l’école était ouverte, et les écoliers au travail. Ils recevaient sans douleur, je le redis, des milliers de fois la dose de radiation admise. 10 fois serait déjà trop pour des enfants. Alors ... Même pas la peine de les en avertir ...

(...) Avec mon collègue Legassov on a survolé le réacteur en hélicoptère et ma première réaction a été la suivante : « Si comme le disent les croyants l’Enfer existe, je peux dire qu’il est là sous mes yeux » !

Vassili Nesterenko. 27 avril 1986

(...) Tchernobyl a aussi cassé la frontière entre le réel et l’irréel. La rupture est génétique, psycho-génétique. C’est un déchirement des croyances et la révocation de tous les schémas philosophiques.

(...) La vieille expérience de l’homme, sa culture et sa philosophie, son système de représentation, tous ses sens ont été pris de court par Tchernobyl. Les conséquences moléculaires, physiques et psychiques de l’explosion, ont fait basculer l’humanité dans un autre monde.

TRADUCTIONS :

Tchernobyl Forever - Carnet de voyage en enfer est traduit en : Anglais, Espagnol, Allemand, Esperanto, langue Maya, Italien, Japonais.

Versions e-book téléchargeables ici en format .pdf à partir du 15 avril 2016

À propos de son auteur, Alain-Gilles Bastide

(...) Avec son premier grand reportage AMOCO- CADIZ, « La marée était en noir », il signera des publications importantes dans PhotoCinéma / Pentax Photographie Japon / Bulletin de l’UNESCO / etc .... C’est ensuite au Mexique qu’il conduit son second, IXTOC-ONE, proposé comme « Le rêve en bleu d’Esteban », qui fera l’objet d’expositions à Paris et en Province. La critique parle d’ « un livre qui brûle les plates-formes » (ZOOM) et ses images sont reprises et publiées par Paris-Match et la presse du monde entier qui le consacrent bien malgré lui, « grand reporter ».
En 2006, le Musée d’Art Contemporain de Barcelone (CCCB) se porte acquéreur du Mémorial qu’il a réalisé pour les 700 villages enterrés après la catastrophe de Tchernobyl. Cette œuvre ouvrira l’exposition européenne « IL ÉTAIT UNE FOIS TCHERNOBYL » réalisée au CCCB pour le 20 ème anniversaire de la catastrophe. (...)

ADAPTATION THEATRALE

Tchernobyl Forever - Carnet de voyage en enfer est adapté au théâtre par Stéphanie Loïk, (Metteur en scène de Sveltana Alexievitch / Prix Nobel de littérature 2015). avec le Théâtre du Labrador et ATRIUM Scène Nationale de la Martinique dirigée par Hassane Kassi Kouyaté.

REVUE DE PRESSE

- Politis : Vous dégusterez-bien quelques écrits, images et musique ?
- France Culture : Un autre jour est posssible : Paysages de Tchernobly, trente ans après
Cinq émissions avec Alain-Gilles Bastide (25-30 avril 2016)
- Reg’Arts
- BFM TV du 26/04/2016
- A propos d’Alain-Gilles Bastide sur Lensculture
- Voir aussi dans le canard enchainé Tchernobyl Forever ci-dessous