Menu

Sur les toits vu par Noël Godin : de la dynamite !

C’est le film choc sur l’âge d’or des mutineries sauvages en France (1971-1972) qu’on osait espérer. Tout est terriblement réussi dans ce document incandescent. La description terrifiante des conditions de détention. La saisie de la révolte qui gronde. L’éclatement jouissif des émeutes. La violence sans nom des répressions. Les faits sont remarquablement ancrés dans leurs contextes. Les revendications des mutins sont nettes comme torchette. Les acteurs des récits, quarante ans plus tard, dans le camp des matons comme dans celui des gibiers de potence, nous tiennent complètement en haleine. Les propos annexes de l’ancien taulard Serge Livrozet nous chamboulent. Le rythme de narration du film est cravachant. Son montage pète feu et flammes. Ce qui fait qu’on est toniquement embrasés tout au long de Sur les toits comme on peut toujours l’être face aux meilleurs thrillers carcéraux engagés des thirties, ceux par exemple signés William A. Wellman. Sauf qu’ici on ne baigne pas dans la fiction et que c’est très concrètement qu’on y incite aux plus lyriques soulèvements.

Noël Godin, mai 2014

Un film de Nicolas Drolc en DVD et VOD sur le site des Mutins

Actu plus ancienne Actu plus récente