Menu

René Vautier : Avoir 20 ans dans les Aurès (4DVD)

Hommage à René Vautier (en vidéo)

- Voir quelques extraits et entretiens avec René, décédé le 4 janvier 2015.

Le coffret

Des maquis des indépendantistes algériens jusqu’à la création du Centre Audiovisuel d’Alger et des ciné-pops, l’Algérie a marqué à jamais la vie d’homme et de cinéaste de René Vautier qui est affectueusement considéré comme le "papa" du cinéma algérien. Ce coffret rassemble 15 films dont l’un des plus puissants réalisés sur la guerre d’Algérie Avoir 20 ans dans les Aurès que les spectateurs pourront (re)découvrir dans une version admirablement restaurée.
Le coffret est accompagné d’un livret de 28 pages.

Vous pouvez aussi retrouver, réunis dans une offre spéciale, tous les films DE et AVEC René Vautier (65€)

Les films de/avec René Vautier

Retrouvez des films de René Vautier en DVD et/ou VOD (cliquez sur l’affiche pour plus d’informations)



René Vautier et sa caméra citoyenne

René Vautier est le cinéaste le plus censuré de l’histoire du cinéma français.
La vie de René Vautier pourrait se résumer à autant d’années de résistance cinématographique. Rebelle et militant, il s’est toujours efforcé de mettre «  l’image et le son à disposition de celles et ceux à qui les pouvoirs les refusent ». Et ce n’est pas sans risques qu’il a combattu avec sa caméra citoyenne pour témoigner des luttes de son époque et toujours tenter d’établir un dialogue en images pour agir sur les conflits.
Afrique 50, premier film anticolonialiste français, inaugure le combat de Vautier. Depuis, caméra au poing, il a définitivement choisi son camp : être de l’autre côté, faire face. C’est finalement avec un film de fiction qu’il atteindra la reconnaissance internationale au Festival de Cannes en 1972 pour Avoir 20 ans dans les Aurès.

Témoin crucial de son époque, René Vautier a constamment devancé l’histoire. Quelques années après les Accords d’Evian, André Malraux disait : « René Vautier est un Français qui a vu juste avant les autres ». Aujourd’hui encore, ses films font écho à l’actualité et deviennent des archives d’une extraordinaire diversité (documentaire, fiction, court ou long métrage) qui nous permettent d’éclairer l’histoire contemporaine et de mettre en perspective les crises d’aujourd’hui par l’étude des luttes du passé. René Vautier a connu la censure sur pratiquement toute son œuvre. Le critique Michel Boujut écrivait d’ailleurs à son propos : « C’est le réalisateur qui a eu le plus de problèmes avec la censure... et qui lui a posé le plus de problèmes. »

Hommage à René Vautier

- Les Afriques dans le monde : Hommage à René Vautier, par Denis-Constant Martin
- Les Indigènes de la République : Hommage à notre frère René Vautier, par Youssef Boussoumah

L’Algérie, son histoire et le cinéma

Sonia Ben Mansoor, « L’Algérie, son histoire et le cinéma » – Compte-rendu, Cultures et croyances, avril 2015.

DVD n°1

- Entretien avec René Vautier - 9mn (2012)
- Les anneaux d’or - 18mn (1956)
- Algérie en flammes - 25mn (1958)
- J’ai huit ans de Yann Le Masson et Olga Poliakoff - 9mn (1961)
- Peuple en marche - 50mn (1963)
- Les ajoncs - 13mn (1970)
- Les trois cousins - 20mn (1970)

DVD n°2

- La caravelle - 4mn (1970)
- Techniquement si simple - 10mn (1971)
- Bande annonce de Avoir 20 ans dans les Aurès - 2 mn (1972)
- Remise du collier de l’hermine - 6 mn (2000)
- Avoir 20 ans dans les Aurès - 102mn (1972)
- Le remords - 12mn (1975)
- René Vautier, l’indomptable de Jacques Royer - 23mn (1996)

DVD n°3

- Déjà le sang de mai ensemençait novembre - 61mn (1985)
- Guerre aux images en Algérie - 73mn (1985)
- Entretien avec Pierre Clément - 18mn (1998)

DVD n°4

- A propos de... l’autre détail - 45mn (1988)
- Entretien avec Jacques Choukroun - 12mn (2014)
- La loi du silence - 23mn (2003)
- Le glas - 5mn (1964)
- Frontline - 74mn (1976)

Avoir 20 ans dans les Aurès

Si le geste, libre, engagé et enragé apparaît aujourd’hui comme une nécessité absolue, l’histoire de la production et de la diffusion de ce film reste tout sauf simple. Avoir 20 ans dans les Aurès pose les bases d’un cinéma de lutte et témoigne d’une guerre que les autorités colonisatrices voulaient sans images, chaque scène est une reconstitution fictionnelle dont peut être vérifiée l’authenticité « par au moins cinq personnes ».

PNG

Synopsis Avril 1961. Dans le massif des Aurès, un commando de l’armée française, formé d’appelés bretons, affronte un groupe de l’Armée de libération nationale lors d’une embuscade. Les soldats parviennent à faire un prisonnier mais l’un d’entre eux est blessé au cours de l’accrochage. Instituteur dans le civil, il se rappelle les événements vécus avec ses camarades au cours des derniers mois. Leur opposition à la guerre en Algérie les a conduits dans un camp réservé aux insoumis. Il se remémore la façon dont leur chef a su les transformer, de jeunes Bretons antimilitaristes qu’ils étaient, en redoutables chasseurs de fellaghas, prêts à tuer et y prenant goût. Tous sauf Nono... Une plongée dans les contradictions de la guerre d’Algérie autant que dans celles de l’âme humaine.

PNG

Fiche technique
- Scénario et réalisation : René Vautier
- Scripte : Nicole Le Garrec
- Directeur de la photographie : Pierre Clément
- Son : Antoine Bonfanti
- Photographies : Félix Le Garrec
- Montage : Simone Nedjam Scialom
- Interprétation : Alexandre Arcady, Philippe Léotard, Jacques Cancelier, Jean-Michel Ribes, Alain Scoff, Michel Elias, Yves Branellec, Philippe Brizard, Hamid Djellouli, Jean-Jacques Moreau, Alain et Pierre Vautier
- Production : U.P.C.B.
Prix de la Critique à Cannes en 1972

Revue de presse après la sortie du coffret DVD en 2014

- lectures.revues.org

- DVD Classik

- Lectures : "René Vautier en Algérie", Matthieu Adam, février 2015

- RFI : Tous les cinémas du monde du 24/1/2015

- Les Cahiers du cinéma : Le cinéma de René Vautier lave à lui seul l’honneur de la France, Nicolas Azalbert, décembre 2014

- El Watan : En un continuel combat, Walid Mebarek, décembre 2014

- La nouvelle quinzaine littéraire : Retour sur les années de braise, Lucien Logette, janvier 2015

- Bref : un éclat (de caméra) dans la tête, Christophe Chauville, n°114, janvier 2015

- Essafir al arabi : Vautier l’Algérien, décembre 2014. Traduction française sur Agence Médias Palestine.

- Huffington Post Maghreb : le Che Guevara du cinéma français, Marwan al Andaloussi, décembre 2014

- Huma HD : René Vautier en Algérie - 15 films nécessaires - décembre 2014. Retrouver aussi l’entretien accordé par René Vautier à l’occasion de la sortie du hors-série de l’Humanité Algérie, 50 ans d’indépendance (2012) qui était accompagné du film Peuple en marche.

- Trois couleurs : ça fait un an que je suis ici et je ne sais même pas dire merci en arabe, page 35, décembre 2014

- Blog Télérama "Entre les lignes"

Revue de presse lors des sorties du film en 1972 puis en 2012

- A sa sortie en 1972

René Vautier a fait le film que nous souhaitions tous faire et que nul autre n’a osé entreprendre. Gabriel Albicocco

Avoir 20 ans dans les Aurès m’a pris aux entrailles dès les premières images et m’a gardé passionné jusqu’à la dernière. La première tentative d’explication de ce qu’on vécu les appelés… Un film nécessaire et un film positif. Henri Alleg

Je donnerais dix Chabrol et dix Truffaut pour ce fIlm de Vautier. Michel Capdenac

L’œuvre de René Vautier témoigne par antithèse de la démission, voire de la trahison, d’un cinéma parisien qui a superbement ignoré les guerres coloniales. Guy Hennebelle

ll faut voir ce film, non seulement pour son honnêteté et son courage, mais aussi pour le talent de tous ceux qui l’ont bâti. Marcel Martin

Un critique anglais a écrit : Un film qu’il serait nécessaire de passer à tous nos soldats qui partent à Belfast… et à leurs familles, pour qu’elles les empêchent de partir.

- Lors de la sortie en version restaurée en 2012

Télérama La dénonciation n’a rien perdu de sa puissance et demeure, cinquante ans après, scandaleusement indispensable. Jérémy Couston

Les Inrockuptibles Film mythique (...) Splendide conclusion romantico-poétique qui distingue définitivement le film de René Vautier d’une simple chronique politique engagé. Vincent Ostria

Le Canard enchainé Sa liberté de ton, sa précision, sa cruauté nous rappellent ce que peut être un vrai cinéma d’intervention et de dénonciation. Jean-Luc Porquet

Regards Ce film force le respect par la modernité de sa réalisation. Par modernité il faut entendre tout ce qui, dans la réalisation appartient à la tentative de résistance au récit fictionnel dominant, c’est-à-dire la poésie. Thomas Bauder

Ecran large Ressortir Avoir 20 ans dans les Aurès en 2012 est tout sauf un hasard. Cinquante ans après la guerre d’Algérie, à un moment de transition où les politiques ne savent toujours pas quoi en dire, ce pamphlet brûlant antimilitariste est plus que jamais d’actualité. Nicolas Thys

Télérama Dérangeant et bouleversant, ce film, trop rare, reste un véritable brûlot.

René Vautier, la caméra dans la plaie

Marqué par son expérience de jeune résistant pendant la Seconde Guerre mondiale, René Vautier a participé à la réalisation d’environ 180 films courts et longs, depuis son premier réalisé à tout juste 20 ans : Afrique 50 (le premier film anticolonialiste français). Fondateur du cinéma de l’Algérie indépendante, il est surtout célèbre pour son long métrage de fiction, réalisé sur la base d’entretiens avec des appelés de la guerre d’Algérie, Avoir 20 ans dans les Aurès, prix de la critique internationale au festival de Cannes en 1972.

A l’exception de ce film, les réalisations de René Vautier ne sont jamais passées sur une chaîne nationale de télévision française (hormis, à la marge, sur la télé libre Zalea Tv, aujourd’hui disparue après avoir été interdite de diffusion hertzienne en 2007). La plupart de ses films n’ont pas obtenus les visas de censure indispensables à la diffusion au cinéma. Et dès le début de son parcours rocambolesque, René Vautier a été arrêté et emprisonné par les représentants de l’Etat français de l’époque, pour avoir désobéi à un décret de Pierre Laval encore en vigueur dans les années 50… En fait, pour avoir filmé ce qu’il voyait et qui déplaisait au pouvoir de l’époque. Le cinéaste breton a persisté toute sa vie dans la même voie. Désormais, René Vautier a acquis le respect pour son œuvre anticoloniale, prémonitoire et institutionnellement reconnue aujourd’hui comme « courageuse et nécessaire ».

Extrait de sa filmographie :

Afrique 50 (1950), Un homme est mort (1951), Une nation l’Algérie (1954), L’Algérie en flammes (1957), Peuple en marche (1963), Les ajoncs (1970), Mourir pour des images (1971), Avoir 20 ans dans les Aurès (1972), La folle de Toujane (1974), Quand tu disais Valéry (1975), Quand les femmes ont pris la colère (1977), A propos de... l’autre détail (1985), Vous avez dit Français ? (1987), Mission Pacifique (1988), Et le mot frère et le mot camarade (1995)...

Pour poursuivre la route avec René Vautier

Nous vous proposons le film Algérie tours/détours réalisé par Oriane Brun-Moschetti et Leïla Morouche (édition les Mutins de Pangée - janvier 2014) et Salut et Fraternité, réalisé par Oriane Brun-Moschetti (édition les Mutins de Pangée - février 2016).


Infos libraires

Date de parution : 14 novembre 2014
Distribution : Les Belles lettres et Arcadès
Code barre : 3770001117195

Acheter Louer DVD Fichier VOD à notre comptoir de vente
Une édition des Mutins Infos projection publique Voir le site dédié au film

À propos

15 films de René Vautier (1954-1988)
dont "Avoir 20 dans les Aurès" en version restaurée
(distribué au cinéma par DHR)
4 DVD
Durée des films : 525 mn
Durée des compléments : 98 mn
Edition dvd : Les Mutins de Pangée