Menu

Les comédies du réel

La foi du charbonnier

Portrait du seul militant de l’Action Française du Sud-Ouest

Dans une France en proie à la crise et aux élections présidentielles, un monarchiste relativement jeune et passablement têtu tente de répandre la bonne parole. Ses armes principales : ses deux pieds, sur lesquels il se tient de longues heures en vendant l’Action française à la cirée, et aussi son éloquence grâce à laquelle il tient en déroute tour à tour passants, CRS, cadres de l’A.F. et militants frontistes.

L’histoire ricoche de rencontres impromptues en rendez-vous avortés, et peu à peu une silhouette inattendue se dessine. Celle d’un homme pour qui la marginalité n’a plus de secret et dont seul l’optimisme forcené qui l’anime lui permet de faire face. Mais combien de temps pourra-t-il tenir ce flambeau ?

LA FOI DU CHARBONNIER (Bande-annonce)

Igor !

Jean-François Gallotte filme Igor. Igor ne fait rien. Il passe ton temps à se droguer. Il brûle sa vie par les deux bouts. Mais Igor n’est pas qu’un toxicomane, c’est aussi quelqu’un : il est amoureux, il a une mère, une famille, comme tout le monde, il est drôle et attachant. En sortant Igor de sa spécificité de drogué, en le filmant "en entier", Jean-François Gallotte sort du témoignage et fait un film très fort, détaché de tout jugement moral.

"Igor montre qu’il a tout compris de cette règle du jeu de la caméra. Dans ce film, il fait son propre cinéma. Il en est le personnage principal et l’acteur sublime. C’est lui qui décide du vrai et du faux. Et c’est probablement là que se situe un peu de sa vérité." Le Monde

IGOR (Bande-Annonce)

Mantuila, un fou de la guitare

"Tu n’as fais que picoler et insulter. Que Dieu te pardonne !"

Portrait drôle et émouvant du grand jazzman François Mantuila qui, après avoir vécu 32 ans aux Etats-Unis et travaillé avec les plus grands musiciens, retourne à Kinshasa, dans son Congo natal où il ne retrouve plus ses repères.
Disparu avant la fin du tournage, il souhaitait transmettre son savoir à la jeune génération de guitaristes, mais il n’en a pas eu le temps. Au fil des obsèques filmées de l’intérieur, Michée Sunzu fait revivre Mantuila à travers les témoignages de ceux qui l’ont connu et qui louent son talent. Le tableau est cependant sans concession, à l’image de l’oraison funèbre prononcée par la mère du guitariste : "Tu n’as fais que picoler et insulter. Que Dieu te pardonne !"

MANTUILA, UN FOU DE GUITARE (Bande-annonce) f.

Les films du cycle