Menu

Le joli Mai

Paris, mai 1962. La guerre d’Algérie vient de s’achever avec les accords d’Evian. En ce premier mois de paix depuis sept ans, que font, à quoi pensent les Parisiens ? Chacun témoigne à sa manière de ses angoisses, ses bonheurs, ses espoirs. Peu à peu, se dessine un portrait pris sur le vif de la France à l’aube des années 60.

Disponible en VOD - depuis la France métropolitaine seulement - et en téléchargement

Le film vu par les mutins

Dès le générique, on sent qu’on va être bien dans ce film, petit bijou de ce qu’on commençait à nommer, à l’époque, "cinéma-vérité", le terme ne plaisait pas beaucoup aux cinéastes qui préféraient à la rigueur "cinéma direct"... De toute façon, c’était très loin de ce qu’on appelle aujourd’hui " la télé-réalité", qui n’a rien à voir avec la vérité pas plus qu’avec la réalité d’ailleurs.

Pierre Lhomme dira plus tard : "On faisait du cinéma sans fioritures, c’était un acte aussi simple de manger une quiche lorraine."*

Le recul rajoute évidemment du charme au film mais sa force tient dans la beauté du texte très Markerien (dit par Yves Montand), les magnifiques plans en noir et blanc et bien sûr la spontanéité magnifique qui ressort des entretiens. La complicité entre l’image et le son atteignent parfois la grâce. La liberté des entretiens et souvent aussi de la caméra qui se permet de détourner son regard du sujet pour aller saisir un passant, un badaud, un détail... Quand une araignée se balade sur le costume de cet inventeur du stabilisateur pour voiture légère qui voulait que son nom soit connu, la caméra la saisie en très gros plan et dans la foulée l’intervieweur l’intègre dans le dialogue avec l’inventeur :

- L’inventeur : En principe les inventeurs sont des dingues, on les prend pour des fous
- L’intervieweur : Ils ont une araignée dans le plafond !
- "Exactement !" répond l’inventeur qui venait justement de toucher du doigt ce qui pourrait résumer la force de ce film : "La chance on l’a fabrique pas, on l’aide !"
C’est exactement ce que font les cinéastes.

Revue de presse

- Lire le dossier du film au moment de sa ressortie en mai 2013
- Sur le site chrismarker.ch
- Lire la critique complète dans dvdclassik.com
- *Lire l’entretien avec Pierre Lhomme dans L’obs au moment de la ressortie

Libération : "Telle est la morale de la fable : regarder les choses en face, c’est aussi les regarder de côté. Cette vision en biais est l’un des charmes fous du documentaire (...) dont la sortie en copie restaurée est un bonheur à partager d’urgence."

Le Nouvel Obs : " Plus d’un demi-siècle plus tard, "le Joli Mai" reste fascinant : l’approche est modeste, le propos, intelligent, l’ensemble, élégant."

Le Monde : "Le Joli Mai est à la fois le véhicule d’un voyage temporel qui fait du spectateur de 2013 un citoyen de l’an 1962, et une oeuvre intellectuelle d’une acuité saisissante : rien de plus passionnant que de réfléchir à aujourd’hui à la lumière de ce passé-là."

Télérama : "Le charme du film naît de cette balade en noir et blanc dans tous les décors de Paris, des plus augustes aux plus modestes."

Chris Marker

Cinéaste, photographe, écrivain, essayiste, illustrateur, poète et producteur, Chris Marker propose sa vision des révolutions socialistes du XX et XXIe siècle. Le cinéaste apporte une importance cruciale au cinéma dans ce monde capitaliste, membre d’une coopérative cinématographique, la SLON (Service de Lancement des Œuvres nouvelles). Cette coopérative apporte une vérité sur les événements politiques qui restent censurés par les médias officiels tel qu’au Chili, au Brésil, en Tchécoslovaquie.
Il ne se limitera pas néanmoins à ce genre de documentaires et collaborera avec de grands noms tel qu’Alain Resnais, Yves Montant ou encore Costa-Gravas.

Sa filmographie est disponible ici

Chris Marker : "L’humour est la politesse du désespoir", une émission de France culture à réécouter ici

PIerre Lhomme

Chef opérateur à la filmographie impressionante, Pierre Lhomme a travaillé avec Alain Cavalier, Jean-Pierre Melville, Robert Bresson, Jean Eustache, Eric Rohmer, Yves Boisset, Costa-Gavras, Jean-Paul Rappeneau, Jacques Doillon, Marguerite Duras, Patrice Chéreau, Yves Boisset, Bertrand Blier, William Klein, Claude Miller... et bien d’autres encore. Ça vous en bouche un coin hein ? Si vous voulez apprendre ce qu’est un plan, une image qui écoute, qui voit, qui parle... regardez déjà le joli mai !

- Filmographie de Pierre Lhomme

- Ecouter Projection privée : Pierre Lhomme (France Culture 1/10/2011)

CARTES VOD

Vous pouvez utiliser notre service de location de VOD (Video on demand, vidéo à la demande) en payant avec votre CB ou avec une carte prépayée. Ces cartes vous donnent des crédits qui vous permettent de louer des films ultérieurement quand vous voulez et SANS LIMITE DANS LE TEMPS (vous vous en servez comme une carte de crédit, un "porte-monnaie"). En vous encartant, vous soutenez et en plus vous y gagnez ! (en temps et en argent)

Acheter Louer DVD Fichier VOD à notre comptoir de vente

À propos

Un film de Chris Marker et Pierre Lhomme
Narrateur : Yves Montand
Musique : Michel Legrand
Durée : 2h19 (remontage de 2012)