Menu

La grande guerre des classes

Alors que prennent fin les commémorations du centenaire de la première guerre mondiale et qu’on continue à glorifier des généraux qui ont envoyés des millions de soldats à la mort depuis leurs planques dans des châteaux à l’arrière du front, on peut constater qu’une fois glorifiée ou déplorée, il reste assez peu d’analyses sur la guerre menée par les possédants contre les classes populaires et les fraternisations par delà les tranchées. En voici une ébauche, à approfondir dans le livre de Jacques Pauwels.

"On croit mourir pour la patrie, on meurt pour des industriels." (Anatole France)

En complément du film Howard Zinn, une histoire populaire américaine, entretien avec l’historien Jacques Pauwels autour de son livre "1914-1918 : La grande guerre des classes".

Production : Les Mutins de Pangée
Entretien et montage  : Olivier Azam
Commentaires : Daniel Mermet
Caméra : Antonin Richard
Recherches d’archives : Laure Guillot

Le livre

Dans l’Europe de 1914, le droit de vote universel n’existait pas. Partout, la noblesse et les grands industriels se partageaient le pouvoir. Mais cette élite, restreinte, craignait les masses populaires et le spectre d’une révolution. L’Europe devait sortir « purifiée » de la guerre, et « grandie » par l’extension territoriale.

Et si la Première Guerre mondiale était avant tout la suite meurtrière de la lutte entre ceux d’en haut et ceux d’en bas initiée dès 1789 ?
C’est la thèse magistrale du nouveau livre de Jacques Pauwels qui revisite à sa façon les thèses officielles de l’histoire. L’historien démontre ici que les grandes puissances mondiales voulaient depuis longtemps cette guerre pour s’approprier colonies et autres richesses et écraser les idées révolutionnaires qui gagnaient de plus en plus l’Europe.

Un livre aux éditions Aden.

← "Israël est un laboratoire de guerre" : Entretien avec Dominique (...) Chomsky à propos de l’Indonésie et du Timor oriental →