Menu

J’aimerais partager le printemps avec quelqu’un

Disponible en VOD

"A la demande du Festival Pocket Films, j’entreprends le tournage d’un journal filmé avec téléphone portable caméra. La période du tournage entre février et mai 2007 voit se dérouler plusieurs évènements : des dates anniversaires importantes, le récent emménagement dans un nouvel appartement, des voyages, la vente de l’appartement familial, la campagne des élections présidentielles, la rencontre avec Sacha. Et pourtant la grande question que pose ce projet est la découverte de ce qui peut devenir un nouveau langage cinématographique."

Joseph Morder

JOSEPH MORDER

Né en 1949 à Trinidad, de parents d’origine juive polonaise mariés à Caracas, Joseph Morder a vécu la plus grande partie de son enfance sous les tropiques de l’Amérique du Sud, à Guayaquil en Equateur où il a été nourri de cinéma hollywoodien, avant de débarquer à Paris à l’âge de douze ans.

Figure marginale du cinéma underground français, il construit depuis plus de trente ans une œuvre gigantesque qui se confond avec sa propre vie. À travers une oeuvre protéiforme marquée aussi bien par la Nouvelle Vague, le mélodrame, la comédie musicale, et une grande part d’autobiographie, il a abordé tous les types de récit et tous les genres de cinéma. La singularité de son regard sur la perte de la mémoire, de la judéité ou de l’enfance a été remarquée par de grands festivals tels que Berlin ou Locarno.

Pour son dix-huitième anniversaire, il reçoit en cadeau une caméra Super-8. C’est dans ce format que, depuis 1967, il réalise son journal filmé : cinquante heures d’une vie, la sienne, de la vie de ses proches, cinquante heures d’archives, de mémoire, de voyages...

Joseph Morder a signé de nombreux films, sous forme de courts et longs métrages, de documentaires ou de journaux intimes filmés, tournant en super 8 mm comme en 35 mm ou en vidéo.

Il filme également des évènements comme des manifestations, campagnes électorales (Archives Morlock), a réalisé plusieurs documentaires, de très nombreux courts métrages de fiction (Les sorties de Charlerine Dupas, Le grand amour de Lucien Lumière, Les aventures de Charles Lechar...), une quinzaine de longs métrages dont Romamor (Lettre filmée berlinoise) et d’innombrables documents sonores et photographiques. En 1999, Gérard Courant a réalisé un documentaire intitulé Le journal de Joseph M. dans lequel il filme Morder au travail.

(source et filmographie : Cine-club de Caen)

Revue de presse

Les Cahiers du cinéma : "L’apétit limité de la caméra lilliputienne (...), les innombrables réglages qu’elle nécessite, sa batterie capricieuse semblent s’accomoder à merveille de la modestie du projet de Morder, autant que son émerveillement de filmeur redevenu novice."

Le Monde : "Tourné avec un téléphone portable, ce journal intime retrace, avec intelligence et humour, l’année 2007."

Les Inrockuptibles : "J’aimerais (...) prouve que l’on peut faire du cinéma intéressant quelle que soit la technique à disposition, pourvu que l’on ait un regard sur le monde, quelque chose à raconter, une sensibilité et une pensée à faire partager."

France Culture : L’atelier Intérieur

Festivals

Festival Pocket Films 2008
Doc Lisboa 2008
Cycle Joseph Morder - Cinémathèque espagnole, 2008
Rencontres cinématographiques de Gindou 2009

Acheter Louer DVD Fichier VOD à notre comptoir de vente

À propos

Montage : Isabelle Rathery
Avec : Stanislav Dorochenkov, Françoise Michaud, Alain Cavalier & Joseph Morder
2008 - Durée : 1h25