Menu

Ils ne portent pas de smoking

Un vieux militant syndical de l’ABC pauliste s’affronte à son fils qui refuse ses idées. Une grève à l’usine, durement réprimée, provoque la rupture. Un film sur la condition prolétarienne et ses contradictions internes, d’après la pièce de Gianfrancesco Guarnieri. Lion d’or au Festival de Venise, 1981.

"Le titre de ce film de 1981, du Brésilien Leon Hirszman, enfin édité en DVD, peut être lu comme 
un manifeste. Contre le « drame bourgeois » gorgé de bons 
sentiments abreuvant la télévision naissante. Contre 
le paternalisme d’un cinéma voulant offrir des modèles au bon peuple. Aussi commence-t-il comme 
une telenovela, amours fleuries de deux jeunes gens, romance, enfant attendu et promesse de mariage. 
Ce n’est pas un artifice : le cinéaste, qui s’est toujours intéressé à la culture populaire, avec entre autres Majorité absolue (1964), sur l’inventivité des illettrés, ou Chants de travail (1976), accompagnant les ouvriers agricoles, ne pouvait être indifférent à ce qui passait alors par la télévision, qui commençait à entrer dans tous 
les foyers. Non pour endormir son public, comme le faisaient ces fictions doucereuses, mais pour le secouer. Aussi la romance sucrée attendue allait-elle conduire 
le spectateur vers une fin tragique : la séparation 
des jeunes gens promis à l’éternité des amours 
et les funérailles d’un gréviste abattu par la police."
Emile Breton - L’Humanité

Leon Hirszman

Après des études d’ingénieur, Leon Hirszman, très tôt impliqué dans la vie sociale et politique de son pays, se consacre à la diffusion d’un cinéma militant au sein des ciné-clubs. Documentariste par vocation, il devient un des chefs de file du Cinema Novo aux côtés, entre autres, de Paulo Cesar Saraceni. Après quelques documentaires très enracinés dans les réalités sociologiques du Brésil (Maioria Absoluta sur la misère et l’analphabétisme du Nordeste en 1964, ou Garota de Ipanema, portrait de la moyenne bourgeoisie de Rio de Janeiro en 1967), Leon Hirszman met en scène son film le plus marquant : São Bernardo (1971), inspiré par l’œuvre de Graciliano Ramos, mais dont la censure retarda sa diffusion.

Producteur malheureux, animateur de la Coopérative brésilienne de cinéma, fondée par les vétérans du Cinema Novo (1980), il tourne, en 1981, un documentaire sur les grèves ouvrières (ABC da Greve) et l’adaptation d’une pièce avant-gardiste dans la description de la condition ouvrière, primée au Festival de Venise : Ils ne portaient pas de smoking (Eles não usam Black-Tie). Son dernier film, en forme de trilogie, Imagens do Inconsciente (1986) relate l’existence de deux hommes et une femme traités dans un centre psychiatrique et s’adonnant à la peinture.


Acheter Louer DVD Fichier VOD à notre comptoir de vente

À propos

Un film de Leon Hirszman
Scénario : Gianfranco Guarnieri
Photo : Lauro Escorel Filho
Montage : Eduardo Escorel
Musique : Radames Gnatalli
Interprétation : Carlos Alberto Ricelli, Bete Mendes, Gianfrancesco Guarnieri, Fernanda Montenegro
Durée : 134 min
1981