Menu

Exil... Quel accueil !

Après de longs parcours, souvent au péril de leur vie, les « migrants » s’arrachent de leurs racines et recommencent à zéro dans une terre d’accueil pas toujours très accueillante au premier abord. Parcours de vie, parcours de luttes.

Les films du cycle VOD

Ceuta, douce prison de Jonathan Millet & Loic H. Rechi

Ceuta, Douce Prison suit les trajectoires de cinq migrants dans l’enclave espagnole de Ceuta, au nord du Maroc. Ils ont tout quitté pour tenter leur chance en Europe et se retrouvent enfermés dans une prison à ciel ouvert, aux portes du vieux continent. Ils vivent partagés entre l’espoir d’obtenir un « laissez-passer » et la crainte d’être expulsés vers leur pays.

De sable et de sang de Michel Lethomas

Il y a vingt ans, René Vautier s’est rendu à Akjoujt, ancienne ville minière de Mauritanie. Des liens se sont tissés avec les habitants. Un jeune homme a continué à envoyer à René Vautier des images de son pays, de sa vie envahie par le sable et le désespoir. Puis il est mort d’avoir voulu rejoindre l’Europe. René nous parle de ces rencontres manquées entre les civilisations et les hommes, de ses engagements, de ses regrets et de ses espoirs persistants.

Sou hami, la crainte de la nuit de Anne-Laure de Franssu

"J’ai rencontré Mory pendant l’hiver 2008. Il a fait partie des 1000 squatteurs de Cachan qui ont été évacués de leur logement et parmi eux, dix maliens ont été expulsés vers leur pays d’origine. Spontanément Mory a filmé cette lutte et en me présentant son film il m’a dit : « j’ai besoin de me défaire de ces images, j’ai besoin qu’elles parlent, je rêve d’aller les montrer en Afrique ».
Alors, ensemble nous avons imaginé une tournée au Mali avec le Cinéma Numérique Ambulant. Deux ans après notre rencontre, j’emporte ma caméra et j’accompagne Mory dans la projection de son film."
Anne-Laure de Franssu

Regardez chers parents de Mory Coulibaly et Anne-Laure de Franssu

Mory Coulibaly a tourné des images lors de l’occupation du gymnase à Cachan en 2006.
En France depuis 2002, il se trouvait là, au moment de l’expulsion du squat, bien qu’il ait obtenu le statut de réfugié politique fin 2003 qui lui permettait de se trouver un logement. Délégué auprès des familles, il est resté avec les autres par solidarité et parce que pour lui, c’était le prolongement d’une lutte commencée ensemble.

Le pendule de Costel de Pilar Arcila

Costel est un Rom... Mais ne vous inquiétez pas !
La réalisatrice, Pilar Arcila, lui a confié une caméra afin de suivre le quotidien de sa famille, fait de débrouilles, de croyances et de survie, en France, en Suisse et en Roumanie.
Et Costel pose les bonnes questions. Entre errance et migration économique, son parcours nous parle d’une Europe à économie variable mise à l’épreuve de ses rêves et de ses communautés les plus démunies. Archive poétique du présent, le film nous rappelle que "les discours, les rumeurs et les mythes qui les entourent sont de la même teneur que ceux de l’antisémitisme et du racisme. Que tout le monde semble s’en foutre. Que commencer à s’intéresser à eux, en rappelant qu’un homme est un homme, est peut-être un bon début."

RESF, un réseau de résistance de Agathe Dreyfus, Christine Gabory & Ivora Cusack

Les cinq films qui composent la série RESF : un réseau de résistances ont été réalisés à Marseille de novembre 2006 à avril 2007, période pendant laquelle le collectif 360° et même plus a suivi des militant_es du RESF 13 (Bouches-du Rhône) sur différentes actions ou initiatives : mobilisations anti-expulsions, parrainages….
Ces films d’actualités, entre documentaire et reportage, s’inscrivent dans une envie plus large de rendre compte d’événements ou de phénomènes peu ou sommairement relayés par les médias dominants.

On est là ! de Luc Decaster

Clean Multiservices est une société de nettoyage ordinaire. Pour les clients tout semble propre effectivement, jusqu’au jour où des employés en ont assez d’être traités comme le papier avec lequel ils font briller les toilettes.
Des papiers, eux, ils n’en n’ont pas.
Ils décident d’occuper l’entreprise.

On a grèvé ! de Denis Gheerbrant

Elles s’appellent Oulimata, Mariam, Géraldine, Fatoumata… elles sont une quinzaine de femmes de chambres et pendant un mois elles vont affronter le deuxième groupe hôtelier d’Europe. Elles n’acceptent plus le salaire à la chambre, les heures données au patron, le mal de dos qui les casse et le mépris dans lequel elles sont tenues.
"On a grèvé", c’est la rencontre entre leur force et une stratégie syndicale pertinente.

Remue ménage dans la sous-traitance d’Ivora Cusak

À Paris en mars 2002, des femmes de chambre employées par la société Arcade pour travailler dans les hôtels Accor, se mettent en grève. Leurs revendications principales : la baisse des cadences de travail et le paiement de toutes les heures travaillées. La plupart des grévistes sont des mères de famille d’origine africaine qui vont pour la première fois lutter pour leurs droits.

Après un an de lutte, elles sortent victorieuses…Mais en mai 2004, la déléguée syndicale qui avait joué un rôle prépondérant dans la grève, est licenciée. La lutte reprend autour d’elle.

Cités de la plaine de Robert Kramer

Aux confins d’une métropole du Nord de la France, Ben, un vieil aveugle déambule et se plonge dans ses souvenirs : son immigration à Roubaix, le travail aux abattoirs et dans les laineries, son mariage, sa séparation... Adolescent déraciné, il s’est arraché à la fatalité en s’agrippant à son rêve d’intégration : acheter son propre commerce. Quitte à sacrifier sa mère restée au pays, à négliger peu à peu femme et enfant.

Mantuila , un fou de la guitare de Michée Sunzu

Portrait du jazzman François Mantuila qui, après avoir vécu 32 ans aux Etats-Unis et travaillé avec les plus grands musiciens, retourne à Kinshasa, dans son Congo natal où il ne retrouve plus ses repères.

Les films du cycle