Menu

Chomsky à propos de l’Indonésie et du Timor oriental

Des massacres couverts par les "grandes démocraties"

Le massacre des communistes indonésiens ( Partai Komunis Indonesia, PKI), en 1965-66 n’est pas connu... On estime aujourd’hui qu’ils auraient fait pourtant entre un et trois millions de morts. Une bagatelle pour les défenseurs de la démocratie partout dans le monde ? Ici, les tyrans étaient soutenus par les Etats-Unis et le Royaume Uni. Le dirigeant Suharto, l’ami de l’occident, sera soutenu dans ses crimes et encore au Timor Oriental.

Alors que disaient les BHL and co ?
Rien.

Noam Chomsky fut ensuite accusé par les mêmes de défendre des génocidaires cambodgiens, juste parce qu’il avait osé, avec Edward Herman, dans La fabrication du consentement (Editions Agone), comparer les massacres du Timor Oriental avec ceux du Cambodge et parler de "deux poids, deux mesures".

En octobre 2017, des documents déclassifiés confirmait officiellement que Washington était "au courant"... ce qui est le moins qu’on puisse dire sur ce qui restera comme un des plus grand massacre du XXème siècle.

- Lire l’article Indonésie. Crime de masse à l’ombre de la CIA (L’humanité)

Dans la foulée des massacres, le Timor oriental, colonie portugaise, fut envahi en décembre 1975 par les criminels indonésiens, et annexé en 1976. 25 % de la population fut exterminée, avec le soutien des Etats-Unis, du Royaume Uni et de la France... Aujourd’hui, ces grands criminels bénéficient de la complaisance internationale de nos gouvernants, ne sont pas convoqués dans des tribunaux internationaux, et vivent une vie paisible et pleine de reconnaissance dans un pays qui accueille les touristes du monde entier. C’est ce qu’on constate avec effroi dans The Act of Killing.

← La grande guerre des classes Retour à Saint-Julien-Molin-Molette →