Menu

Bricoleurs de paradis

André, Michel, Arthur, et bien d’autres consacrent leur temps à s’occuper de leur jardin et à décorer leur maison. Mais à la différence du bricoleur ou du jardinier lambda, ils les transforment en des mondes fantastiques, peuplés de créatures bariolées faites de bric et de broc. A l’instar du plus célèbre d’entre eux, le facteur Cheval – loué par les artistes surréalistes – ces « bricoleurs de paradis » n’ont ni formation artistique, ni référence culturelle. Seul compte le plaisir de glaner, de fabriquer, de créer, bref de donner une forme à leurs rêves. Ces collectionneurs fous sont méprisés, raillés et leurs œuvres, très éloignées des critères de l’art contemporain, sont souvent qualifiées de « kitch » ou de « ringardes ». Ce documentaire en forme de périple « au pays des merveilles » rend hommage à leur incroyable inventivité, leur savoir-faire, et en quelque sorte à leur folie. Mine de rien, il nous interroge sur notre perception de l’objet artistique, et sur le besoin irrépressible de créer. Il a enfin le mérite de mettre en lumière des créateurs modestes et géniaux, naïfs et habiles, qui, en douceur, transgressent les règles sociales en revendiquant leur incroyable liberté.

Rémy Ricordeau - le réalisateur

Après une brève scolarité, Rémy Ricordeau vit de divers travaux précaires entrecoupés de périodes de chômage. Attiré par le large, il s’engage sur le tard dans des études de chinois qui l’amèneront à vivre quelques années entre Taiwan et la Chine. Depuis son retour en 2005, il se consacre à la réalisation de films documentaires : Putain d’usine(2006), Les Sentiers de l’infortune (2008), Les Anges de la piste (2008), Bricoleurs de Paradis (2010) et Je ne mange pas de ce pain-là sur le poète Benjamin Perret (2015).

Éloge des jardins anarchiques de Bruno Montpied

Lors de sa première parution chez l’Insomniaque, le film de Rémy Ricordeau accompagnait le livre "Eloge des jardins anarchiques" de Bruno Montpied.

Voici un extrait de l’avant-propos qu’il avait écrit lors de la publication du livre où il s’explique sur l’approche politique du sujet et le lien qu’il établit avec son film Putain d’Usine.

En réalisant en 2006 le film Putain d’usine, librement adapté du livre de Jean-Pierre Levaray, constitué de témoignages désabusés sur la perception du travail salarié par quelques ouvriers de l’industrie chimique de l’agglomération rouennaise, j’avais voulu explorer les non-dits de la condition ouvrière. De ces témoignages, il ressortait, au-delà de la souffrance liée au travail lui-même, que le déficit de reconnaissance sociale de leur statut de salarié se ressentait d’autant plus fortement que ces ouvriers n’avaient pour la plupart ni le temps ni l’énergie de se consacrer à d’autres activités plus personnelles.
Le film Bricoleurs de paradis se propose ainsi de constituer une suite indirecte au film précédent, les créateurs d’environnements insolites évoqués étant en effet pour la plupart retraités du monde ouvrier ou agricole : hormis leur originalité il nous a semblé que les créations d’art populaire telles que présentées dans le film avaient ce caractère exemplaire d’activité autodidacte refoulée par une vie de labeur.

Environnement spontanés taïwanais

Suite à son récent voyage à Taiwan, Rémy Ricordeau publie sur le blog de son ami Bruno Montpied, Le poignard subtil, une série d’articles consacrés à différents environnements d’art brut découverts au cours de ce voyage et dont la plupart sont encore inconnus du plus grand nombre.

Vous pouvez découvrir ces lieux étonnants en cliquant ICI. Et déjà un petit aperçu...

- Wu Tianlai, I love you (photo RR, 2014)

- Une girafe et un footballeur faisant sécher deux pantoufles (photo RR, 2014)

- Wu Tianlai, l’intellectuel... (photo RR, 2014)

A écouter

France Culture : "À travers ce film, Rémy Ricordeau interroge la prégnance du système social sur les hommes et leur imaginaire. Une réflexion sur la liberté et les possibilités de son expression sensible dans un monde voué à l’uniformisation."

A lire

Divergences : "Au détour d’une route, en banlieue ou à la campagne, une maison, un jardin, soudain attire l’œil et l’on bascule dans un autre décor, dans un univers où les formes sont transgressées, hors des normes et des codes… Les créations se réapproprient le monde d’une enfance ré-imaginée, une liberté, une quatrième dimension reconstruite pour s’exprimer et se faire plaisir, c’est tout !". L’article complet ici

Acheter Louer DVD Fichier VOD à notre comptoir de vente
Voir le site dédié au film

À propos

Un film de Rémy Ricordeau
Textes de Bruno Montpied et Rémy Ricordeau
Images : Pierre Maïlys-Laval
Son : Stéphane Kayler
Montage : Coralie Van Rietschoten
Production : Temps Noir